AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I want my pride back. [Nidhogg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

member. it's the majority which defines the superiority

Messages : 14
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 25


fiche personnalisée
Nombre de sponsors:
Champ libre:
MessageSujet: I want my pride back. [Nidhogg]   Sam 24 Nov - 14:25




Le vent frais courait sur le pelage de la louve. Ses pensées étaient éparpillées au gré du vent. Elle se laissait simplement bercer par le va-et-vient de ses membres. Lancée à toute vitesse, elle cherchait une échappatoire. N’y avait-il donc pas de fin à cette arène ? Aucun grillage, nulle part où creuser un trou pour se réfugier, loin de cette folie, loin de cette immonde mascarade ? Elle ne voulait rien d’autre que pouvoir se reposer en paix. Elle était jeune, elle était vive, et elle désespérait déjà de vivre. Elle était fatiguée. Cela faisait deux jours qu’elle zigzaguait, cherchant eau, cherchant proie, combattant ténèbres et peurs furtives. Oh, elle avait pu grignoter quelques petites denrées : un petit furet pas trop crade, une carcasse d’immonde loup-bipède qu’un autre loup avait laissé derrière lui. Elle s’était nourrie comme elle avait pu, refusant de se laisser abattre. Puis elle avait couru. Alternant marche et course, cherchant le bon rythme, l’allure qui la mènerait vers la victoire.
Mais y aurait-il seulement une victoire ? Le jour où tous les autres loups seraient morts ? Mais n’étaient-ils pas… immortels ? N’étaient-ils pas reliés à une machine qui faisait battre leur cœur ? Et si vraiment, les dix-neuf autres candidats –car ils partaient à vingt- mourraient, de nouveaux loups ne seraient-ils pas implantés dans la partie ? Oh, Nidhogg n’en doutait pas un instant. Alors, à quoi cela servait-il de vouloir gagner ? Puisque… en réalité, on ne gagnait pas. Il fallait simplement combattre. Combattre, devenir favori, attendre, mourir.

Une idée légèrement stupide avait retentit dans son esprit décharné. Et si elle se jetait du haut d’une falaise ? Si elle se noyait dans un lac ? Si elle retenait sa respiration jusqu’à faire péter ses poumons ? Son maître l’aurait profond. Mais cela lui apportait-il quelque chose ? Mise à part la mort, elle ne voyait pas bien.
Alors, comme une demeurée, aussi folle que son existence l’était, elle errait, comme un cadavre qui marchait, de-ci, de-là, cherchant quelque chose sans toutefois savoir quoi. Elle lançait quelques regards piteux autour d’elle, repérant tantôt un fumet délicat sur lequel elle se mettait en chasse, l’instant d’après recouvert par la trace olfactive d’un de ses homologues canins. Voulait-elle vraiment rencontrer l’un de ces loups sanguinaires ? Voulait-elle vraiment prendre des risques ? Mais n’était-ce pas ainsi que le jeu devait fonctionner ? Elle n’imaginait même pas les moyens que pourraient mettre en œuvre leurs maîtres s’ils se rendaient compte qu’ils n’étaient pas assez divertissants ? Les humanoïdes lupins qui peuplaient déjà les contrées n’étaient pas bien rassurants, alors imaginez-vous pire… Nidhogg sentit un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale.
Non, elle ne désirait vraiment pas les rencontrer.
C’est pour cela qu’animée d’un éclair de folie ou d’un grain de génie, elle se mit en quête de chair canine.

Elle suivit la trace d’un de ses comparses. Elle remonta lentement la piste, concentrée sur sa tâche. De toute manière, si elle souhaitait survivre, elle devait se faire des alliés : tel était son but pour le moment. Pourquoi ne pas agir à l’inverse de ce que le public s’attendait ? Pourquoi ne pas remonter le courant, chercher des prises sur des pierres glissantes, récolter peut-être quelques sponsors en agissant différemment des autres loups ? Pourquoi ne pas lier des amitiés ? Après tout, cela pouvait être très divertissant… et extrêmement moins dangereux que se frotter à un truc d’un mètre au garrot et d’une soixante de kilos de muscles.
Non, décidément, Nidhogg aimait beaucoup cette idée de diplomatie.

Elle avait donc suivi le chemin tracé par ses sens. Il l’avait mené au milieu d’une prairie où le vent glissait le long des brins d’herbe, allant se perdre au milieu des coquelicots. Le soleil jouait à cache-cache derrière quelques nuages gris, et le zéphyr glacial rassurait presque la louve : elle était en terrain découvert. Elle aperçut rapidement sa « proie » (si l’on pouvait qualifier cela de proie). Elle s’aplatit sur le sol et se fraya un chemin entre l’herbe grasse. Une fois à quelques longueurs de queue de son compatriote –haha- elle s’arrêta, et, immobile, entreprit de l’observer. Elle se racla la gorge pour bien lui faire comprendre qu’elle était là. Allongée, elle posait ses yeux ambrés sur l’animal, soudainement curieuse d’en savoir un peu plus sur cet être.
Son pelage épais était ébouriffé, et d’une couleur si étonnante qu’elle en resta coite un instant : différentes nuances de brun et de gris courraient le long de son corps plutôt musclé bien que fin. Il n’avait pas un large poitrail, pourtant il inspirait le respect. Certainement pas par ses frêles épaules ou son dos assez court, mais plutôt par ses longues dents blanches et aiguisées et ses petits yeux qui la scrutaient un peu trop à son goût. Elle cligna plusieurs fois des yeux, agitée. Peut-être aurait-elle dû choisir un autre spécimen…
Code by AMIANTE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I want my pride back. [Nidhogg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Linda Berdoll : M. Darcy Takes a Wife : Pride and Prejudice
» Bleach - 99 - Turn Back The Pendulum 10
» Pride & Prejudice - Version BBC 1995
» Pride and prejudice:votre passage préféré!
» [ANIME] Ride Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CONTINENT PREMIER | AMERIQUE DU NORD. :: PRAIRIE-