AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 G∆ME [Midnight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

member. it's the majority which defines the superiority

Messages : 57
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 21


fiche personnalisée
Nombre de sponsors: 0
Champ libre:
MessageSujet: G∆ME [Midnight]   Sam 24 Nov - 16:35


« Nothing is easier than losing a sense of play. »


Elle se transformait en désert hurlant, personnage inerte de son silence et du vide qui régnait en ce moment en elle. Elle voudrait expier leurs fautes, prendre leurs souffrances pour les faire siennes afin que dans son âme, seule la douleur reste. Mais c’est impossible, elle devine les pêchés, elle aperçoit les sottises et elle comprend les niais. Le silence serait trop facile pour les démons de sa conscience, celle-ci ne voudrait que la happer. Si son cœur cessait soudainement de battre, elle n’aura peut-être que quelques secondes pour entrevoir la vérité, la seule : celle qui jure qu’elle n’a même pas choisi qui elle était. Il a crée ses pensées, ses opinions, ses choix, ses jugements. Manipulateur, il avait réussit à créer le modèle qu’il voulait ; une enveloppe façonné par la tortueuse force de l’esprit. Il n’a pas laissé un souffle d’air de liberté en elle, juste cet enfermement qui la pousse à s’autodétruire. Il ne restait plus que quelques poussières du bonheur. Son clonage avait laissé en elle quelques souvenirs, quelques brides du temps maintenant abattus par son bon vouloir. Peut-être aurait-elle du bloquer sa seule conscience, barrant cette voie qui menait à son cœur mais lui seul avait réussi à entrevoir son unique peur et ainsi l’utiliser contre elle. Ce n’était pas tant qu’il était empoisonné par le fléau du mal, c’est juste qu’il lui faisait payer ses propres erreurs. Il n’avait jamais été qu’un être humain, semblable aux autres et son obsession du jeu était devenue une maladie. Il n’aimait pas la souffrance en elle-même, il aimait celle de la louve, celle qui dévorait son âme. Elle voulait quitter cette solitude qui enfermait son existence dans l’arène mais il n’était pas question pour elle de chercher une présence de loup. Les envies de sang, de meurtre, de blessure n’étaient pas ancrées en elle, elle voulait juste exterminer la race lupine pour sa bêtise. Son projet réel s’étendait à bien d’autres infinis vers le monde des humains qui étaient encore et beaucoup plus sots que sa propre race.

Ses coussinets commençaient à laisser quelques minces filets de sang sur le sol. Une trace indélébile de son passage rentrait dans les méandres de la terre qui étaient assoiffés de ce liquide pourpre qu’elle goutait en son cœur depuis sa naissance. Les pierres de la montagne s’effilochaient sur ses pattes en laissant des failles. La louve gravissait les falaises sans jamais en voir le bout mais ressentait à chaque pas un peu plus de douleur. Elle visitait chaque endroit, elle errait aux quatre coins de l’arène mais il ne semblait pas y avoir de fin. Comme si les créateurs voulaient l’épuiser et pour cela, créait à chaque fois un peu plus de terrain. Elle n'était plus qu'une prison d'hurlements intérieurs et déchirement ; les barreaux se refermaient sur elle et malgré sa force, rien ne pourrait les empêcher de tomber sur elle. Elle leva ses pupilles vers les alentours, cherchant une caméra où elle pourrait montrer toute sa haine et son dégoût pour eux. Leurs mains allaient-elle un jour rougirent du sang qu'ils avait engendré ? L'aube de leur âme allait-elle rester si discrètement cacher derrière les complaintes qui gémissaient en eux ? Loathful était enchaîné seule, prisonnière d'une vie qu'elle haïssait de nature et même si elle aurait préférée y croire, l'impact était trop puissant. La plus vive douleur n'est pas de celle que l'on croit, elle n'est qu'intérieur. Ce n'est pas la maladie qui détruit mais la psychologie de la mort. Hideuse, est-elle à exposer sa macabre danse dès qu'elle peut. Une odeur étrangère arriva soudainement à elle et la louve tressauta vivement. Le supplice de ne pas encore voir le loup ou la louve était entier mais il ne fallait pas s'impatienter. Ce ne serait surement pas un allié et les sponsors allaient se régaler du spectacle.

Après tout, elle n'était que la charogne qu'on donne au corbeau.





_________________

« I know why the caged bird sing. »

✖ LES ÊTRES NE POURRAIENT VIVRE SANS SOUFFRANCE. ILS ONT AUTANT BESOIN DE MALHEURS, DE TRISTESSE, DE DOULEURS QUE DU BONHEUR. SANS L'UN COMME SANS L'AUTRE, ILS N'EXISTENT PAS CAR POUR CELA, IL LEUR FAUT AUSSI BIEN FAIRE DU MAL QUE FAIRE DU BIEN. S'ILS SONT FOUS, ILS ONT RAISON : ON NE PEUT AVOIR MEILLEUR REMEDE POUR OUBLIER L’ÉTERNELLE ET INFINI NUIT QU'EST LA VIE. L'ENFER CE N'EST PAS L'ENDROIT DU MAL, CE SONT SIMPLEMENT LES AUTRES ; DE NOS AMIS A NOS ENNEMIS. ✖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

G∆ME [Midnight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Midnight Sun
» midnight blue
» Midnight Secretary
» Midnight frost!
» Nokia Midnight Silver (façon Anna)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CONTINENT PREMIER | AMERIQUE DU NORD. :: MONT WHINEY-